YOGA

 

"Dans notre monde actuel, où nous sommes conditionnés, dans des sociétés modernes gérées par la compétition et le consumérisme, mais aussi par l’égo qui pousse à la concurrence identitaire et à une surestime de soi, le yoga est une libération, une proposition de repenser sa façon de vivre, de se reconsidérer, de reconsidérer les autres et ce monde dans son ensemble. Prendre soin de soi c’est aussi réapprendre à s’aimer pour ceux qui ont perdu la confiance en eux. Les techniques de bien-être orientales comme le Yoga - par les postures dans le corps ou les pranayamas à travers les exercices de souffle - ou les massages sont la promesse d'une parenthèse qui exclue toute forme de concurrence, de jugement.

Chacun vient au yoga de façon différente. Chacun vit, ressent le yoga à sa façon car il reste une expérience personnelle, qui passe toujours par l'intime.
La pratique du yoga nous met face à nous-mêmes : face à notre psyché, face à notre soma (le corps), à nos douleurs, à nos contradictions, à nos failles,
à notre volonté d'aller plus loin ou d'abandonner parfois,à notre besoin de lâcher-prise, à celui de prendre un moment de conscience pour soi, ... face à notre égo.

 Le yoga est donc une introspection, mais aussi et surtout une porte ouverte vers les autres. Pour certains c'est une vocation, un art de vivre et de bien-être, pour d'autres un exercice physique et/ou spirituel, et pour d'autres encore le yoga apparait comme quelque chose d'étrange, d'hermétique. Venir au yoga résulte toujours d'une recherche qui n'a rien d'anodin et mon premier but, en tant qu'enseignant, est de répondre à ce besoin, qu'il soit spirituel, une envie de faire une activité physique, de changer son soma (corps - s'assouplir, se renforcer musculairement, ...) ou son psyché (psycho - être moins stressé, plus positif dans l'âme, ...). Mon but est donc de vous amener vers une forme d'harmonie intérieure qui vous amènera à une harmonie avec l'extérieur.

A domicile, en centre de yoga, en centre sportif ou en milieu scolaire, je partage cette science du bien-être dans le soucis de transmettre un art de vivre naturel, indépendant, qui s'adapte à chacun selon son âge, sa morphologie, son expérience, ses besoins et capacités.

Avant de réclamer souplesse ou concentration, le yoga demande surtout de l'humilité, et en fait ainsi une école de la vie où on apprend sur soi et les autres à travers soi.
Je souhaite que chacun de mes élèves ait pleinement conscience de son corps, pratiquant à son propre rythme tout en restant à l’écoute de soi."

  

YOGA, vous avez dit "YOGA" ?

YOGA signifie LIEN, UNION - union du corps et de l'esprit, du réel avec le mystique, de la pratique physique avec le mental, du microcosme avec le macrocosme, de l'individu à ceux qui l'entourent, au monde qui le porte. Il est l’union de atman - l’âme individuelle - avec brahman – l’esprit universel.

Le mot YOGA est un terme sanskrit, dont la racine YUG- signifie étymologiquement « unir, atteler ». Ce radical YUG- se retrouve dans d’autres langues indo-européennes : en latin jugum, en anglais yoke, ou encore en français joug. Il a deux significations. Au sens propre, il est une pièce de bois pour atteler des animaux ensemble et dans un sens plus figuré, il exprime deux choses distinctes : la soumission et parfois l'asservissement - « tomber, être sous le joug de quelqu’un » mais aussi l’idée d’une activité - « se mettre à joug » soit « se mettre à l’ouvrage ».

Beaucoup définissent le yoga comme " l’union de l’être individuel au divin ou à Dieu ", il faut pourtant rappeler que la philosophie indienne, le Samkhya, dont est issu le Yoga, est à l’origine purement athée. Il faut donc voir dans le yoga une force spirituelle, mais pas pour autant religieuse. Dans les Yoga-Sutras de Pantajali, nous lisons que le yoga est d'abord l'effort de diminuer les activités parasites et les distractions de notre intellect. Dans la pratique, il associe le contrôle du souffle (pranayama), les postures (asanas), la concentration (dharana) ainsi que la méditation (dhyana) – qui font partis des huit membres de l’Ashtanga (asht : huit / anga : membres, disciplines).

En France, le yoga dépend du ministère de la culture et non des sports, il est donc considéré comme un art. L'accomplissement d'un art demande à la fois des aptitudes, de l’engagement courageux et de la créativité. Les maîtres yogis le définissent volontiers comme une science transmise depuis des millénaires et une expérience à éprouver personnellement.

Le yoga ouvre un espace sans compétition, un moment pour soi. En invitant à mettre plus de conscience dans son corps, dans sa respiration, dans ses mouvements, le yoga induit un état de concentration et de détente.

Mais le Yoga est surtout un immense corpus théorique qui comprend une philosophie, une psychologie, une théorie des corps, des inconscients, de la sexualité, de la gnose, de l’extase, de l’action, du service, de l’amour, de la dévotion, du temps, du sommeil et du rêve, un rituel, une mystique, une thérapeutique, une hygiène, une diététique, une épistémologie, une cosmologie, une anthropologie, une théologie, une morale, une gymnastique, un entraînement respiratoire, une ascèse, une relaxation, un éveil des énergies, etc ... A chacun de vivre et d'éprouver son YOGA.

 http://static.onlc.eu/yogabsoluteOEU//131170637517.jpg       http://static.onlc.eu/yogabsoluteOEU//131170634792.jpg                  http://static.onlc.eu/yogabsoluteOEU//131170633713.jpg

 

LE PRINCIPE "ASHTANGA"
La plupart des gens pensent que le yoga n'est que la pratique des positions (asanas) et parfois la méditation. Mais le yoga est bien plus que ça - il est un système de pensée qui pousse à un comportement qui dépasse la seule pratique, il repose sur le principe de l'Ashtanga.
ASHTANGA n'est pas seulement un "style de yoga" comme décrit précédemment, il est aussi un concept établi dans les yoga-sûtras de Pantajali - la bible des yogis. Le terme ASHT(huit) -ANGA(membres/disciplines) signifie littéralement «le yoga aux huit parties ou huit disciplines ». Cette forme de yoga réunit les huit principes décrits dans les Yoga-Sûtra de Patanjali à savoir :
1 - Yama, le code moral
Les devoirs moraux élémentaires envers les autres comme envers soi-même (attitudes justes) :
ahimsā : ne pas tuer ou blesser des êtres vivants, en pensées, en paroles et en actes, directement et indirectement (non-violence)
satya : avoir une vue impartiale des événements (vérité)
asteya : discerner ce qui est légitime de ce qui ne l'est pas (respect de la propriété, absence de vol, honnêteté, probité)
brahmacharya : trouver le juste milieu dans tous les domaines de la vie (modération)
aparigrahā : rester libre de superflu et de possessivité
2 - Niyama, l’auto-purification et l’étude
Se discipliner et se mesurer dans la pratique quotidienne :
shaucha : propreté et respect externe et interne (pureté)
santoha : prendre les événements tels qu'ils se présentent (contentement)
tapas : faire preuve d'ardeur et de volonté dans la pratique (discipline)
svadhyāya : l'observation intérieure de la motivation des actes et l'étude des textes sacrés
Îshvara-pranidhānā : dédier ses actes au soi non personnel
3 - Āsana, les postures
Être fermement et tranquillement établi dans la présence à soi et dans un espace heureux – sukha pour éliminer la souffrance – dukha.

4 - Prānāyāma, le contrôle du souffle
Ne plus respirer inconsciemment. Patañjali définit la respiration yogique comme étant longue et fluide.

5 - Pratyāhāra, l’harmonisation des sens
Le bien-être non dépendant du conditionnement des sens (harmonisation ou retrait des sens).

6 - Dhārana, la concentration
Une aptitude à soutenir l'attention sans se laisser distraire : sur l'activité du mental, des émotions, de la posture, ou du souffle. Il s'agit de l'écoute subtile des sensations, de la respiration, des pensées qui passent, ou ne passent pas.

7 - Dhyāna, la méditation
Une méditation profonde associée à la présence à soi.

8 - Samādhi, la contemplation profonde
Une aptitude à devenir un avec l'objet perçu, l'établissement de la conscience, l'état d'unité, l'équanimité. La conscience a rejoint l'Absolu, alors que le dhyāna est encore dans la dualité. C'est l'état de contemplation profonde.

Mircea Eliade nomme cet état "enstase", par opposition à extase.

 

Les huit disciplines de l’ASHTANGA (à ne pas confondre avec l'appellation Ashtanga Yoga de Patthabis Jois), est la pierre angulaire de toute pratique.

Parmi les maîtres du yoga, il y a deux écoles : ceux qui considèrent que l'on doit pratiquer ces huit disciplines dans l'ordre énuméré et d'autres, plus modérés, qui proposent de les pratiquer dans un ordre non-défini et même de façon non-exhaustive. Beaucoup de yogis dans le monde ne pratiquant qu'à travers les postures ou la méditation, délaissant les exercices de souffle ou même les dogmes moraux. Cependant à force de pratique, il est fréquent de constater un changement profond chez l'individu qui modifie ses habitudes et se conforment parfois sans le savoir à ses codes moraux du yoga.

Cependant si on considère les huit disciplines dans l'ordre énuméré, c'est assez logique : 

Les deux prérequis - le yama (code moral) et le niyama (auto purification et étude) – se justifient car il est très difficile de pratiquer le yoga si le corps est impur et que la discipline ne s'impose pas dans l'esprit. Il est nécessaire de pratiquer les asanas régulièrement pour se fortifier et purifier le corps. Maîtriser son corps pour maîtriser son esprit est un concept fondamental du yoga.

La pratique des asanas, les postures, commence souvent par un échauffement comme les salutations au soleil (surya namaskar), puis les séries de positions debout, puis les équilibres, positions au sol, pour finir allongé.

Aux asanas, se superposent en harmonie le pranayama, contrôle de l'énergie par le souffle, qui dans la pratique se fait souvent en introduction des asanas.

pour parvenir au pratyahara, l’harmonisation des sens, pour arriver au dharana, la concentration.

Suit le Dhyana, la méditation - là encore les méthodes sont multiples.

Le Samadhi, la contemplation profonde est le résultat des sept précédentes disciplines (anga).

 


http://static.onlc.eu/yogabsoluteOEU//131169886646.jpg

 

 

Héritage du yoga -  LE THAÏ YOGA MASSAGE

 

Les origines du THAÏ YOGA MASSAGE remontent à plus de 2500 ans...

Jivaka Kumar Bhaccha, était originaire du nord-est de l'Inde dans la région du Magadha. Yogi et thérapeute renommé dans la tradition de la médecine ayurvédique, il fut l'ami et thérapeute de Bouddha ainsi que la communauté que l'Eveillé (Bouddha) avait fondée, mais aussi le thérapeute personnel du Roi Bimbisara, puis de son fils Ajatashatru. Il transmit les différentes techniques de soins corporels et de massages à ses disciples, pour la plupart des médecins ayurvédiques qui accompagnaient les moines bouddhistes voyageant en Asie du sud-est. Outre les connaissances de Jivaka sur les massages traditionnels, il avait aussi la connaissance de la pharmacopée par les plantes et les minéraux. 

http://static.onlc.eu/yogabsoluteOEU//131169888270.gif

Les disciples de Jivaka sont arrivés en Thaïlande vers le IIème et IIIème siècle avant Jésus Christ, en même temps que ceux de Bouddha. La médecine traditionnelle thaïlandaise prend ses racines dans la période précédant Shukhothai durant le règne du roi Chaiworama VII (1182-1186) qui fit construire deux hôpitaux dans le nord-est de la Thaïlande. Puis, elle va évoluer dans les périodes d'Ayuthaya pendant le règne de Rama II à Rama IV. Le Siam va subir deux attaques birmanes qui détruiront complètement cette cité ainsi que la plupart des écrits concernant la pharmacopée et les techniques de soins. Par la suite, toutes les formules de la pharmacopée thaïe seront inscrites sur les murs du Wat Po, le plus grand temple de Bangkok. On peut voir encore aujourd'hui ces fameuses épigraphes à l'intérieur de ce temple majestueux. On célèbre aujourd'hui encore des pujas à la mémoire de ce fameux médecin Jivaka, lors desquels un texte en pali est récité avant et après les cours.

 

http://static.onlc.eu/yogabsoluteOEU//131170639038.jpg http://static.onlc.eu/yogabsoluteOEU//131170641717.jpg                       
http://static.onlc.eu/yogabsoluteOEU//131170639038.jpg

 

Le THAÏ YOGA MASSAGE trouve donc ses racines dans la médecine ayurvédique indienne et ce n'est pas un hasard si son fondateur, qui était yogi, établit ce système de massages selon les postures du yoga. Il est d'ailleurs à l'origine des différentes styles de massages traditionnels thaïlandais qui sont apparus au fil des siècles et qui reposent tous sur le Nuad Boran (les pressions traditionnelles). Le Thaï Yoga Massage est basé sur le concept de lignes d’énergie dans le corps, dont dix sont mises en évidence - ce sont les dix Sen. À ce stade, l’influence et l’origine de l’Inde deviennent claires car c'est dans la philosophie du yoga que l'on trouve l’origine de cette théorie. Cette philosophie explique comment l’énergie vitale est assimilée par la voie de la respiration et de l’alimentation, puis distribuée dans le réseau des lignes d’énergie. Le Thaï Yoga Massage choisit une dizaine de ces lignes (sur plus de 72000) sur lesquelles sont situés des points d’acupuncture importants pour l’être humain. Ce qui va permettre d'agir sur certains problèmes de santé telles que les maux de tête, de ventre, de dos...

Le praticien guide le client, qui est allongé au sol, dans une série de postures de yoga tout en exerçant une pression avec les paumes et les pouces le long de ces Sens, les lignes d’énergie et des points d’acupression. Ces actions combinées résultent en un traitement corporel complet qui libère la tension musculaire, améliore la circulation, renforce le système immunitaire et rétablit l'équilibre énergétique. 

 

 
.
.
.
.
.
.
.
..
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.